Programme de formation « A la découverte de la CEDEAO » 2015

Le programme de formation « A la découverte de la CEDEAO » de la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES), Bureau régional Afrique de l’Ouest, s’est tenue du 15 au 19 juin 2015 à Abuja. L’attention cette année a été portée sur le bilan de la CEDEAO après 40 ans d’existence et la projection de l’institution pour les 40 prochaines années à venir.

Les vingt (20) participants venaient de 9 pays de la sous-région (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Libéria, Mali, Nigéria, Sénégal, Togo) et du Cameroun voisin.

Ces jeunes leaders d’opinion dans leur pays respectif ont été identifiés au sein de la société civile, des partis politiques et des syndicats.

La formation qui a duré 5 jours a permis de visiter plusieurs départements de la CEDEAO au nombre desquels les Affaires politiques, paix et sécurité, la Macroéconomie, les Affaires sociales et humanitaires, le Genre et l’éducation de même que le Parlement communautaire.

A l’issue d’échanges très enrichissants avec les cadres des différents secteurs de la Commission, les jeunes ont appris sur l’évolution de l’institution, ses progrès dans divers domaines et ses défis énormes à faire face à la grande attente des populations de la région à son égard. Le défaut de visibilité de l’institution et la faible implication de la jeunesse – qui constitue pourtant au moins 60% de la population de la région – dans les initiatives de la CEDEAO ont été décriées par les jeunes.

Ils ont d’ailleurs eu l’opportunité de porter assez haut leurs doléances au cours de la rencontre qu’ils ont eu avec le président de la Commission, SEM Kadré Désiré Ouédraogo le vendredi 15 juin. En lui remettant une lettre de doléances, les jeunes ont demandé au président Ouédraogo d’être leur porte-parole auprès des chefs d’Etat et des gouvernements de la région pour prendre en compte leurs contributions pour bâtir une CEDEAO plus forte dans les 40 prochaines années.

A ce titre, ils insistent entre autre, sur la nécessité :

  • de renouer avec l’organisation du forum des jeunes et de le rendre régulier ;
  • de limiter, au plan des critères de convergence constitutionnelle, le nombre de mandats présidentielles à un mandat renouvelable une seule fois dans tous les pays membres de la communauté ;
  • d’accélérer le processus de passage d’un parlement consultatif à un parlement co-décisionnel ;
  • de communiquer davantage autour des activités de l’institution pour la rendre plus visible ;
  • de doter la sous-région d’écoles techniques régionales performants pour former des ressources humaines compétentes ;
  • de créer des bourses d’études pour soutenir les étudiants et faciliter leur mobilité dans l’espace, et mettre en place un fond d’aide à l’entreprenariat des jeunes ;
  • de générer des dispositifs de pression pour contraindre les pays membres à bien mettre en œuvre les protocoles de la Communauté dont ils sont signataires ;
  • d’impliquer les jeunesses qui font le tiers de la population de la communauté dans les processus de prise de décision de l’institution afin de donner une chance réelle à la vision 2020 de se départir d’une CEDEAO des chefs d’Etats pour concrétiser une CEDEAO des peuples, etc.

Veuillez trouver ici le Communiqué de presse de la Commission de la CEDEAO.