Atelier des femmes professionnelles des médias du Bénin sur le déguerpissement des espaces publics

CFU20017_3La Cellule des Femmes de L’Union des professionnels des médias du Bénin (CFU) a organisé, les 24 et 25 mars 2017 au siège de la Fondation Friedrich Ebert, un atelier de formation sur « l’impact socio-économique des mesures de déguerpissement  sur les femmes ». Cette rencontre qui a réuni une quarantaine de participantes venues de tous les départements du Bénin a été rendue possible grâce à l’appui technique et financier de la Fondation Friedrich  Ebert.

A l’ouverture de l’atelier, la responsable du CFU, Marie Léa Yémadjro, a fait savoir que l’objectif de cette rencontre  est de contribuer à la réduction des conséquences du déguerpissement sur les femmes des espaces publics dans plusieurs villes du pays. Elle en a appelé à l’assiduité des  participantes afin que leur production participe à l’assainissement de toutes les localités du Bénin avec moins de grincements de dents et une meilleure planification.

Prenant la parole, la représentante de la Fondation Friedrich Ebert, Madame Nourath  Zato,  a fait comprendre à l’assistance que la libération des espaces publics est  l’une des réformes qui a des impacts socio-économiques  sur les femmes qui opèrent en majorité dans l’informel. Elle a appelé les participantes à cet atelier à faire un bilan partiel de cette mesure afin de contribuer à l’établissement d’un cadre de vie sain selon une approche inclusive.

Les travaux de cet atelier se sont déroulés autour de deux panels. Le premier, portant sur « l’opération de libération des espaces publics au Bénin : bien-fondé et bilan partiel », a été présenté par Jean Charles Gnonhoué, le secrétaire général adjoint du ministère du cadre de vie, responsable au plan national de l’opération. Dans sa  communication, ce dernier a démontré que le but de l’opération n’est pas de démolir, mais plutôt d’embellir les rues et artères de notre pays. Il reconnait cependant l’excès de zèle de certains agents dans cette opération. Pour finir, il a présenté à l’assistance le nouveau visage des artères  du bénin après le déguerpissement des espaces publics en prenant l’exemple de la ville de Cotonou.

Au cours de la seconde phase de cet atelier organisé au siège de la Fondation Friedrich Ebert, les membres de la CFU ont eu le privilège se suivre un témoignage poignant de Clarisse Gnhnhoui, syndicaliste, responsable d’une association de femmes et Présidente de StreetNet Bénin qui faisait état du vécu et des sentiments des victimes de cette opération musclée. Le professeur d’économie Judith GLIDJA, intervenant par la suite, a développé le thème « opération de déguerpissement : impact socioéconomique sur les femmes et solutions éventuelles ». Elle a expliqué aux participantes comment aider à mesurer cet impact de l’opération sur les femmes surtout qu’aucune étude n’a vraiment pris en compte ce volet.  Aux femmes victime de l’opération, elle a demandé de ne jamais baisser les bras face aux difficultés découlant de l’impact du déguerpissement. Elle les a exhortés à toujours se battre  pour des lendemains meilleurs.