Radioscopie de l’économie béninoise

Le programme de formation « Jeunes Leaders du Benin » démarré depuis quelques mois s’est déroulé ce weekend au siège de la Fondation Friedrich Ebert à Cotonou. Cette troisième session qui s’inscrit dans la logique d’une meilleure appréhension de la situation économique nationale a rassemblé d’éminentes personnalités. Ces deniers ont échangé à bâtons rompus durant trois jours avec des jeunes leaders extrêmement motivés sur la thématique centrale, la “Radioscopie de l’économie béninoise“.

DSC02564Le top de la troisième session a été donné par une communication introductive en panel par Monsieur Houénou Appolinaire, Directeur Général des Affaires Economiques au Ministère de l’Economie et des Finances. L’apport initial et très illustré de Monsieur Houénou a été complété par les analyses complémentaires de Messieurs Boulel Touré de la Banque Mondiale et Grégoire Balaro, enseignant chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi. La lecture croisée de l’état de l’économie béninoise a mis en exergue la faiblesse de la croissance induite dans une large mesure par une vulnérabilité due aux chocs exogènes. De l’avis éclairé des experts, l’économie béninoise est caractérisée par :

  • une agriculture très peu diversifiée et exposée aux aléas climatiques ;
  • un secteur industriel embryonnaire et la transformation des produits à travers de petites unités industrielles ;
  • un secteur tertiaire dominé par le commerce et en particulier le commerce de réexportation.

Par contre, il ressort que la dette du Bénin est dans des proportions soutenables et que ses finances publiques tiennent globalement. En outre, le Bénin jouit d’une une relative maîtrise des prix en lien avec la disponibilité des produits vivriers, mais est confronté à une inflation parfois hors de portée. Les intervenants ont partagés l’avis selon lequel il urge d’assurer une transformation structurelle de l’économie en poursuivant dans la souplesse et la fermeté les réformes en cours. C’est selon eux la voie idéale pour mettre le pays sur un sentier de croissance accélérée et durable. Ces réformes passent entre autres par la promotion de l’économie locale, l’amélioration de la compétitivité globale et sectorielle de l’économie et surtout la bonne gouvernance.

L’intervention suivante a portée sur le profit que le Bénin pouvait tirer de sa proximité avec le Nigéria. Cette réflexion a été conduite par Madame Faridath Aboudou, ingénieur agronome au LARES. Dans son intervention, elle a souligné que pour développer son économie, le Bénin est appelé à exploiter davantage son atout géographique de par sa proximité avec le Nigeria. Le potentiel économique considérable d’un marché d’environ 180 millions de consommateurs reste à l’heure actuelle encore largement sous-exploité en raison des barrières linguistiques, sécuritaires et de lourdeurs administratives.

Après les deux premières communications, un troisième échange gage du développement économique a été conduit par Monsieur Prince Serge Agbodjan : la bonne gouvernance économique. A part les réformes structurelles de l’économie béninoise et des avantages liés au Nigeria, Monsieur Prince Serge Agbodjan à travers une analyse critique et illustrée, a mis l’accent sur les prés requis susceptibles de garantir le développement économique ; il s’agit, entre autres, du respect du cadre juridique et de la mise en œuvre des politiques. Ceci permettrait, selon lui, également d’accroitre les investissements de l’étranger que le Bénin peine encore à attirer.

Le point d’orgue de la session fut la rencontre des jeunes leaders avec l’ancien Premier Ministre du Bénin, Monsieur Pascal Irénée Koupaki. Avec l’hôte de marque, l’échange à bâtons rompus a porté sur ‘’les défis, les opportunités et les perspectives de l‘économie béninoise’’.

Cette édition a été également marquée par une visite d’échange au Restaurant « le Berlin » par Madame Sandra Idossou, jeune entrepreneuse de nationalité bénino-ghanéenne qui a partagé ses expériences, son savoir-faire et ses rêves avec les jeunes leaders dans une dynamique du donner et du recevoir.

La Friedrich-Ebert-Stiftung exprime une fois de plus sa vive gratitude à l’ensemble des experts et tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réussite de cette troisième session du Programme « Jeunes Leaders » qui restera gravée dans les annales de notre institution.

[flagallery gid=5]