Hamzat Lawal

Hamzat Lawal

Hamzat Lawal est un militant nigérian de la lutte contre la corruption. Il est l'initiateur de la campagne ‘Follow The Money’ et le fondateur de ‘Connected Development’, une organisation à but non lucratif qui regroupe des analystes de données, des journalistes, des militants et des étudiants.

COVID-19 : Une nouvelle approche contre la malversation de l’aide en Afrique

En 2019, la majorité des pays de l’Afrique Subsaharienne ont enregistré un déficit budgétaire. Néanmoins, avec l’apparition de Covid-19, l’aide a augmenté en provenance de nombreuses sources. La communauté internationale et les partenaires au développement mobilisent des milliards de dollars en subventions, prêts et allègements et/ou annulations de la dette pour permettre à l’Afrique de mettre en place un plan de lutte contre la pandémie. On estime que les pays de l’Afrique Subsaharienne auraient besoin de jusqu’à 3% du PIB du continent en ressources supplémentaires de financement du secteur de la santé au cours des 250 prochains jours. Mais au milieu de tout cela, les fonds des donateurs en Afrique peuvent-ils travailler pour des populations ciblées et dans le but pour lequel ils sont institués ?

A la suite de l’épidémie de Covid-19, ‘Follow The Money’ (FTM) a lancé un projet baptisé #Follow COVID19Money – une campagne pour mettre en lumière et contrôler l’utilisation des fonds d’urgence et des dons contre la corruption et les abus en Afrique. La campagne est utilisée pour collecter, analyser les données et exiger la transparence et l’obligation de compte rendu relative aux fonds et aux dons Covid-19.

Au Nigeria, d’éminents dirigeants du secteur privé, sous la houlette de la Coalition contre le Covid-19, ont fait de dons de 27,160 milliards de nairas (approx. 64 millions d’Euros au 23 avril). En outre, la banque centrale a annoncé un plan de relance de 1 000 milliards de nairas (approx. 2,4 milliards d’Euros), puis le Gouvernement Fédéral a demandé à l’Assemblée Nationale d’approuver un fonds d’intervention de 500 milliards de nairas (approx. 1,2 milliards d’Euros) ; il a également retiré 150 millions de dollars du Fonds National de Souveraineté et emprunté 6,9 milliards de dollars au FMI – prétendument pour amortir l’effet de Covid-19.

A l’instar du Nigeria, la plupart des pays ont commencé à distribuer des fonds sous forme de palliatifs, mais la transparence et l’obligation de compte rendu restent difficiles à obtenir. Les demandes d’accès à l’information envoyées au Ministère Nigérian des Affaires Humanitaires n’obtiennent guère de réponses ou de traitement. Au Nigeria, sur plus de 90 millions de Nigérians pauvres, seulement 2,6 millions environ sont enregistrés dans le registre social. Néanmoins, les décaissements restent fragmentaires, opaques et extrêmement problématiques…

 

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin