Frederick Golooba-Mutebi

Frederick Golooba-Mutebi

Frederick Golooba-Mutebi est un chercheur et analyste indépendant basé à Kampala et à Kigali.

Un leadership fort et des réponses rapides au Rwanda, en Tanzanie et en Ouganda

Il a fallu du temps avant que le monde ne se mobilise pour limiter la propagation du COVID-19 après son éclatement en Chine. Mais après qu’un grand nombre de personnes en Chine et, plus tard en Europe, était déjà en train de mourir de la pandémie, et lorsque les voyageurs, principalement d’Europe, atterrissant dans les principaux aéroports de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie ont commencé à tester positifs au virus, les trois pays d’Afrique de l’Est ont lancé leurs ripostes contre la pandémie.

L’Ouganda dispose d’un système de santé particulièrement faible et en sous-effectif, fragilisé par le manque de personnel, de médicaments, d’équipements et d’autres fournitures. Paradoxalement, il a un bilan remarquablement bon dans le cadre de la lutte contre les épidémies, comme en témoigne l’efficacité avec laquelle, grâce au pragmatisme du Président Museveni, qui a su agir de manière efficace contre le VIH/SIDA dans les années 1980, lorsque les gouvernements voisins, craignant les conséquences négatives de l’ouverture, ont été motivés à ne même pas reconnaître son existence sur leurs territoires. Ailleurs, le record est évident dans la façon dont l’Ouganda a contenu le virus Ebola avec propagation rapide lorsqu’il s’est déclaré chez sa voisine la République Démocratique du Congo, entraînant des contaminations dans les régions frontalières de l’Ouganda et les zones voisines.

Ainsi, une fois qu’il est devenu clair que le conduit pour le coronavirus était les visiteurs étrangers ou les Ougandais revenant d’autres pays, le gouvernement a pris des mesures draconiennes pour freiner sa propagation. Il s’agissait des tests de dépistage des voyageurs aux points d’entrée ; l’isolement des personnes infectées et, dans certains cas, le renvoi de voyageurs dans leurs pays d’origine. Très tôt, tous les nouveaux arrivants ont été placés en quarantaine, à leurs propres frais, suivis de la suspension de tous les voyages transfrontaliers par voie terrestre et aérienne, puis d’une mise sous confinement total qui obligeait les personnes à ne pas quitter leur domicile, sauf pour fournir des services essentiels; s’acquitter de tâches importantes telles que se procurer de la nourriture et d’autres fournitures indispensables et répondre aux urgences sanitaires…

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin