Rolf Paasch

Rolf Paasch

Rolf Paasch, FES Ouganda, est - ensemble avec Hans-Joachim Preuss, FES Bénin - co-coordinateur de ce blog.

Bloguer pendant la Pandémie

Une chose à propos de la pandémie est la pauvreté de pensée qui l’accompagne. Nous avons découvert que les principaux intellectuels et philosophes occidentaux entre New York, Londres, Paris et Karlsruhe ne disent rien d’original ou de vraiment significatif. Ils semblent seulement refondre leurs théories favorites, pratiquer leur cynisme bien répété ou projeter vaguement leurs espoirs perpétuels de changement dans le temps après la Covid-19. Les journaux intimes d’écrivains bien connus nous laissent gênés par la banalité de leurs observations. Une pandémie ne semble pas correspondre au schéma habituel des perceptions, à nos cadres analytiques ou aux sensibilités mentales des membres de nos classes culturelles.

Partout dans le monde, les blogueurs souffrent du même manque d’expression originale. Oui, il y a beaucoup d’humour, généralement repris par des gens ordinaires, qu’ils se distancient socialement ou se rebellent contre les édits du gouvernement – qui est ruminé encore et encore sur Twitter. Mais la réaction commune n’est qu’une augmentation de la vitesse des bulles de parole floues, un hyper-activisme alimenté par l’ennui au bureau à domicile, mais peu de changement vers une forme plus sérieuse de commentaire social.

Bref – des intellectuels aux blogueurs de tous les continents – nous ne savons pas tous quoi dire.

Cela rend difficile la gestion d’un blog alimenté par des auteurs dans plus de 40 pays subsahariens. Les voix de l’Afrique doivent être rassemblées et équilibrées par catégories de pays, de région, de langue, de sexe et de profession. Mais comment, en tant qu’auteur de ce blog, écririez-vous sur la réponse à Covid-19 dans votre voisinage, sans suivre le cycle fou des nouvelles et rendre ce que vous dites pertinent pour les lecteurs d’autres pays africains ou européens ? Cela n’est pas une tâche facile.

Pourtant, il y a des problèmes à gogo : l’impossibilité de la distanciation sociale contre les avantages des communautés solidaires ; le manque de protection sociale générale contre l’abondance de petits moyens de s’entraider ; le manque d’unités de soins intensifs et de lits d’hôpital contre l’expérience précieuse d’avoir réussi à faire face à d’autres pandémies ; l’effondrement des chaînes d’approvisionnement contre les mesures prises rapidement pour remplacer les importations ; le besoin urgent d’allégement de la dette internationale contre de nombreux exemples de résilience locale ; les capacités étonnantes de certains gouvernements à rallier leurs citoyens contre le manque possible d’alternatives à une immunité collective ; violations des droits de l’homme et actions politiques illégitimes sous le couvert du Covid-19 contre des activistes, des avocats et des journalistes qui ripostent même dans les limites du confinement…

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin