Yap Boum II

Yap Boum II

Le professeur Yap Boum II est le représentant régional d'Epicenter Africa, la branche de recherche de Médecins sans Frontières (MSF). Il est actuellement basé à Yaoundé, au Cameroun. De 2009 à 2014, Boum a dirigé la base de recherche d'Epicenter à Mbarara, en Ouganda.

Cet article est republié du journal online The Converstation sous un licence Creative Commons. Pour lire l'article original (en anglais) veuillez cliquer ici.

Covid-19, Ebola et Rougeole : Comment lutter contre plusieurs maladies à la fois

Ebola, une fièvre hémorragique virale chez l’homme et d’autres primates, est devenue endémique en République Démocratique du Congo (RDC). Le pays a connu dix foyers épidémiques en 40 ans, et a récemment déclaré le 11è.

Cela est presque certainement dû à la coexistence entre l’homme et l’animal. (primates et chauves-souris) porteurs du virus Ebola. Lorsque les humains entrent en contact avec ces animaux – ou des fruits qui ont été partiellement mangés par eux – ils ont de fortes chances de contracter le virus.

En plus de cela, le pays a une épidémie de rougeole de plus de 300.000 cas et plus de 6000 décès depuis 2019. Aujourd’hui, la RDC est confrontée à la pandémie de Covid-19, avec 4637 cas confirmés et 101 décès au 13 juin 2020.

Cela soulève la question de savoir comment un pays aux ressources limitées peut gérer toutes ces épidémies en même temps ? La même question s’applique à de nombreux pays africains. Par exemple, des épidémies de choléra, de rougeole et de COVID-19 se produisent au Cameroun et au Nigéria, pour ne citer que ces pays.

Cela soulève également la question de savoir si des épidémies antérieures préparent ou affaiblissent le système de santé d’un pays.

Face à une épidémie telle qu’Ebola, un pays mettra toutes ses ressources financières, humaines et matérielles pour répondre – et mettre fin – à la crise. Il en résulte que les pays réagissent à une crise à la fois.

Les gouvernements africains devraient commencer à accorder leur attention au renforcement des systèmes de santé. Ce faisant, ils seront à même de mieux riposter à toute pandémie tout en offrant des services de santé de qualité à tous.

La RDC a commencé à faire montre de ce changement de mentalité. L’engagement communautaire de la RDC, la recherche et les capacités de test qui ont été renforcées au cours des récentes épidémies ont placé le pays dans une meilleure position pour répondre simultanément à l’épidémie la plus récente d’Ebola, ainsi qu’à celle de la rougeole, et à la Covid-19.

Mais cela nécessite des ressources financières importantes.

La RDC s’est systématiquement attelée à renforcer les infrastructures sanitaires, à impliquer la communauté et à faire de meilleures recherches.

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin