Boa Monjane

Boa Monjane est chercheur postdoctoral mozambicain à l'Institut d'Etudes sur la Pauvreté, les Terres et les Etats Agraires (PLAAS, UWC) et membre du Groupe International de Recherches sur l'Autoritarisme et les Contre-stratégies de la Fondation Rosa Luxemburg.

De la Sécurité Alimentaire à la Souveraineté Alimentaire

En avril 2020, le Directeur Exécutif du Programme Alimentaire Mondial, David Beasley  a averti  qu’en raison de la pandémie actuelle de Covid-19, le monde était au bord d’une pandémie de la faim qui pourrait entraîner plusieurs cas de famine au cours des prochains mois si aucune action immédiate n’est prise. Les experts craignent que le nombre de personnes confrontées à une faim aiguë dans le monde double d’ici la fin de 2020, en particulier en Afrique. La récession économique mondiale, du fait de la pandémie, combinée à la baisse des prix des produits de première nécessité et à la baisse des niveaux de l’aide internationale, laisse les pays confrontés à de grandes pénuries alimentaires.

En Afrique australe, les mesures visant à contenir la propagation du Covid-19 ont eu un impact négatif sur la distribution des aliments. De nombreux pays de la région dépendent des importations de produits alimentaires et souffrent de fermetures partielles des frontières et de la hausse des prix.

Mais non seulement les complications frontalières rendent l’accès à la nourriture plus difficile ; de nombreuses réglementations de prévention interdisent l’exercice d’activités économiques dans le secteur informel, qui garantissent normalement la distribution de nourriture, tout comme le commerce transfrontalier informel à petite échelle entre le Mozambique et l’Afrique du Sud, principalement pratiqué par les femmes commerçantes locales.

La répression contre les vendeurs de rue pendant le confinement a encore un impact négatif sur la sécurité alimentaire. Les forces de police de la région ont montré un niveau de violence inquiétant. Au Zimbabwe, la police a récemment signalé avoir tabassé et arrêté des vendeurs de rue, confisqué et détruit des légumes frais de petits agriculteurs qui vendaient sur un marché libre. Au Mozambique, un agent de police a été dénoncé sur les réseaux sociaux pour avoir giflé un vieil homme handicapé qui tentait de gagner sa vie dans la rue. Et en Afrique du Sud des informations inquiétantes sur des forces de sécurité tirant des balles en caoutchouc sur des personnes faisant la queue pour se procurer de vivres à l’extérieur d’un supermarché à Johannesburg ont révélé le vilain visage de l’autorité de l’État dans notre région…

 

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin