Michael Abbey

Michael Abbey

Michael Abbey est expert en politique publique, migration et droit commercial international et chargé de programmes au bureau de la FES Ghana.

La Covid-19 au Ghana : Un jeu de hasard ou pour le bien commun ?

Lorsque le gouvernement du Ghana a fermé les frontières et imposé des restrictions aux plus grandes villes d’Accra et de Kumasi le 22 mars, les gens s’attendaient à ce que la fermeture dure plus longtemps, comme dans de nombreux autres pays africains. Pourtant, seulement trois semaines plus tard, les restrictions ont été assouplies bien que le nombre de cas soit passé de 141 à 1042. Aujourd’hui, le pays compte plus de 10 000 cas positifs. Qu’est-ce qui a donc inspiré la politique d’assouplissement des restrictions alors que le Ghana n’a pas encore atteint son apogée ? Et quels sont les pièges potentiels d’une telle approche ?

La capacité du Ghana à entreprendre une recherche agressive des contacts, des tests, y compris la compréhension du dynamisme du virus, ont été quelques-uns des motifs pour lever le confinement partiel. Beaucoup de Ghanéens ont remis cela en question ; en particulier, lorsque les cas positifs continuent d’augmenter face à une réduction significative des traceurs de contact due au retard et au non-paiement des indemnités.

Ironiquement, les restrictions ont été encore assouplies. Les églises et les mosquées peuvent désormais commencer des rassemblements religieux avec un maximum de 100 membres pour une durée d’une heure. Le nombre de personnes autorisées aux funérailles et autres événements sociaux est passé de 25 à 100.

Le gouvernement a déclaré qu’après des semaines de consultations, un consensus s’était dégagé sur l’assouplissement des restrictions. La réaction après la servitude soulève cependant des doutes. Premièrement, le Conseil Chrétien du Ghana a indiqué qu’il n’allait pas précipiter le gouvernement pour lever l’interdiction de fermeture des rassemblements d’églises. Deuxièmement, après la restriction assouplie des rassemblements sociaux, toutes les (principales) églises et mosquées du Ghana ont publié des déclarations publiques selon lesquelles, compte tenu de la situation actuelle, il est inapproprié de commencer des activités religieuses devant rassembler des personnes…

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin