Le jeudi 10 décembre s’est tenu à Cotonou, la Soirée-Politique de la Fondation Friedrich Ebert en partenariat avec la Commission Béninoise des Droits de l’Homme.

« La protection des droits de l’homme en période de crise ». C’est le thème de la Soirée-Politique qui a eu lieu le jeudi 10 décembre 2020 au siège de la Fondation Friedrich Ebert à Cotonou. En partenariat avec la Commission Béninoise des Droits de l’Homme, la FES-Bénin compte apporter sa contribution à la célébration de la journée internationale des Droits de l’homme.  Pour le Représentant résident, Hans-Joachim Preuss, « 70 ans après la reconnaissance par la communauté internationale des Droits de l’homme, on peut dire que ces droits ont subi une pression particulière ». Malgré ce recul constaté, il nourrit l’espoir d’un possible changement. « Avec l’action citoyenne, les décisions des gouvernants on peut encore changer cette situation », a-t-il précisé.

Associé à l’organisation de cette rencontre débat, le Président de la CBDH, Isidore Clément Capo-Chichi a fait savoir que cette Soirée politique est l’occasion pour la Commission de se déplacer et de tenir un débat public sur un sujet d’intérêt. Pour lui, « la pandémie a démontré toutes les faiblesses. Elle n’a pas fait de distinction entre blancs et noirs, entre pauvres et riches ». Faisant allusion aux crises antérieures, il a insisté sur le fait que, « nous sommes en marche vers un nouveau processus et il y a des inquiétudes et qu’il faut travailler à protéger les droits de l’homme même en période de crise ».

« Il y a toujours une opportunité pour parler de la crise »

Pour débattre de la thématique sur « La protection des droits de l’homme en période crise », la Fondation Friedrich Ebert a fait appel à quatre panélistes, notamment, Me Alexandrine SAIZONOU BEDIE, Avocate, Présidente d’honneur de l’Association des Femmes Avocates du Bénin, Serge PRINCE AGBODJAN, Rapporteur général de la Commission Béninoise des Droits de l’Homme, Prof. Cyrille MONEMBOU, Professeur de Droit public à l’Université de Yaoundé 2 au Cameroun et Ralmeg GANDAHO, Juriste, Président de Changement Social Bénin. Pour le Représentant résident de la FES-Bénin, le choix porté sur le mot « crise » dans la formulation du thème n’est pas anodin.  « Le mot crise dans le thème parce que selon le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Bachelet, la crise du Coronavirus montre que certains gouvernants abusent de leur pouvoir pour abattre les droits de l’homme sous prétexte de lutter contre le Coronavirus », a-t-il justifié avant de reconnaître qu’il y a « toujours une opportunité pour parler de la crise parce qu’il y a les crises économique, financière, humanitaire et même des crises pré et postélectorales. C’est la raison pour laquelle ce sujet mérite d’être débattu ». Le Président de la CBDH a quant à lui estimé que l’exercice amènera certainement la Commission Béninoise des droits de l’homme à jouer sa partition dans le processus électoral qui s’annonce.

 

 

S'abonner à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les informations de la FES Bénin

Vous êtes abonné aux news de la FES Bénin